Pourquoi les Ermites de saint Benoît ?

La vie érémitique est une vocation peu connue et peu encouragée. Voici comment en parle notre Bienheureux Père saint Benoît, dans sa Règle  :

 La deuxième espèce de moine est celle des anachorètes ou ermites. Ceux-ci n’en sont plus à la simple ferveur du début dans la vie religieuse. Formés par une longue épreuve dans le monastère, ils ont appris, grâce au soutien de nombreux confrères, à lutter contre le démon. Bien exercés, ils passent de cette milice fraternelle au combat singulier du désert ; et, sûrs désormais d’eux-mêmes, sans le secours d’autrui, ils peuvent soutenir, Dieu aidant, avec leur seule main et leur seul bras, la guerre contre les vices de la chair et des pensées. 

Mes années de vie monastique m’ont permis d’expérimenter la justesse et la sagesse des propos de notre Père saint Benoît. La vie cénobitique est une préparation indispensable à la vie anachorétique. Mais ensuite, en se retrouvant seul face à Dieu et à soi-même, sans « spectateur », quelle liberté intérieure il est possible de gagner ! On peut se purifier davantage et supprimer tous les artifices qu’une vie communautaire peut parfois masquer.

Mike Horn, explorateur solitaire plus admirable qu’imitable, explique ainsi les motivations qui l’ont poussé à réaliser ses aventures :

 On peut vivre “loin de la falaise” ou bien “près de la falaise”. Je préfère les situations périlleuses, car cela permet de mieux connaître mes limites et de grandir davantage. Et lorsque, dans des moments très difficiles, on est seul à les affronter, il est alors parfois plus facile de rester concentrer sur le but poursuivi en n’ayant pas la distraction d’un autre explorateur.

L’aventure monastique, qu’elle soit cénobitique ou anachorétique, est une vie difficile pour ceux qui recherchent vraiment Dieu. La vie d’ermite correspond à une vocation particulière. Ils ont toujours existé et ont toujours eu leur place dans la vie de l’Église, même et surtout au xxie siècle. Tant que l’Église militante sera, elle aura toujours en son sein des anachorètes.

L’association Les Ermites de saint Benoît a pour mission de soutenir cette vocation particulière et ainsi, par le mystère de la Communion des saints, de sanctifier l’Église tout entière. Grâce aux dons que vous lui ferez, nous pourrons effectuer les travaux de la chapelle Sainte-Monique et de l’ermitage Saint-Bède. Merci d’avance de votre participation.

Frère Toussaint, mb

3 thoughts on “Pourquoi les Ermites de saint Benoît ?”

  1. Je suis intéressé par votre association. J’ai 75 ans, 40 de sacerdoce, 15 années de vie monastique, dont 10 de vie bénédictine et 25 de vie paroissiale. Mon évêque m’autorise à être ermite. Mais où ?

  2. Bonjour,

    J’AiEntenduIlYAQquesJours(ViaCetteÉmission(ErmitesSaintBenoîtJeCrois)Qu’ilYAvaitUnePossibilitéD’ÊtreAssitéDansUnProjetDeCréationDeSiteWeb JeN’ArrivePasÀRetrouverLeLienDeRéférenceVersCeServicePourriez-VousMeLeCommuniquerS’IlVousPlaît

    BonneRéception&MerciPourVotreAttention

Répondre à Quotidianus Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *